Les secrets d'histoire

Christophe Tollemer : le Médiéval Chic s’invite à Mademoiselle

Portrait Christophe Tollemer

Depuis quelques temps déjà, les habitants de Val d’Isère admirent la Maison d’Exception de la collection Airelles sortir de terre. Enfin, c’est le grand moment où Mademoiselle prend vie.

Pour sa première saison, l’hôtel aux allures de château médiéval est prêt à plonger ses hôtes dans son univers féerique.

Comment cette plongée dans l’histoire a-t-elle été créée ? L’architecte Christophe Tollemer, habité par sa passion, nous parle de son travail.

Pourriez-vous nous parler de vous et de ce que vous faites au quotidien ?

« Il était une fois… » (rire)

Puis, plus sérieusement, il se raconte :

« Je suis architecte d’intérieur. J’ai la chance d’être tombé dedans quand j’étais tout petit, dès l’école primaire, au lieu d’écouter mes instituteurs, je dessinais déjà des intérieurs de maisons. La passion, c’est de famille : mon père était ingénieur et inventeur, toute ma famille peint et dessine, c’était un milieu assez propice à la créativité. J’ai commencé mon métier en faisant une école d’ébénisterie d’art, parce que je trouvais que c’était important… le bois, les meubles, le style, etc.

J’ai eu la chance de faire de très beaux projets privés à travers le monde…

Puis j’ai commencé à 19 ans sur les chantiers et de fil en aiguille, j’ai eu la chance de faire de très beaux projets privés à travers le monde, d’être directeur artistique pour la très belle maison de parfums Henry Jacques, et de travailler pour LOV Hotel Collection, cela fera 12 ans au mois de mars. »

Croquis Christophe Tollemer Airelles Val d'Isère

Justement, comment votre histoire avec Airelles a-t-elle commencé ?

« C’est une histoire humaine avant tout : tout a débuté il y a 12 ans avec Les Airelles à Courchevel en gardant la philosophie et l’âme des lieux. Il fallait tout changer sans rien changer, quelque part.

Et justement, nous étions sur la même longueur d’onde car pour moi, le métier d’architecte d’intérieur, c’est de respecter les personnes, les lieux et les histoires. Je suis contre l’enfermement dans un style. Etre ouvert à tout, c’est ce qui permet la curiosité, les challenges, et à chaque fois une remise en question vitale pour la créativité.

Il faut être ouvert à notre histoire…

Il faut être ouvert à notre histoire : en étant français, nous avons une histoire extraordinaire en matière d’art décoratif, culturel et historique qui est juste incontournable.

Les Airelles est un lieu complètement à part de par son côté historique, et c’est devenu le langage de tous les hôtels Airelles par la suite, ce que nous essayons de préserver à tout prix, à chaque nouvel établissement.

Cette plongée dans l’histoire est hyper intéressante pour un architecte, et finalement, nous créons des palaces avec une philosophie, une âme. Lorsque je crée une maison Airelles, je la pense comme une maison privée, avec les désidérata, les contraintes et les objectifs d’une famille vivant chez elle. »

Salon hôtel Airelles Val d'Isère

Lorsqu’on vous a annoncé le projet Val d’Isère, quelle a été votre implication dans la définition de l’univers de Mademoiselle ?

« Avec Séverine Petilaire, (ndlr : propriétaire associée de Mademoiselle), nous nous sommes racontés une histoire ; et nous nous sommes demandés ce que nous aimerions y trouver.

Vous voyez, il y a une tour sarrasine lorsqu’on monte à Val d’Isère, en traversant le village de Aime, que Séverine aime beaucoup, et nous nous sommes dit : c’est ça, Mademoiselle !

Cette tour a été le point de départ de nos réflexion, l’histoire a commencé ici…

Cette tour a été le point de départ de nos réflexions, l’histoire a commencé ici. L’esthétique de cette tour nous a complètement plongés dans le projet, dans cette histoire que nous voulions raconter.

Le château d’Annecy nous a aussi beaucoup servi de référence en termes de couleur de bois, de modèles de portes, de revêtements muraux. Nous y avons repéré de très beaux coffres anciens. »

Médiéval Chic hôtel Mademoiselle Val d'Isère

Oui, vous avez d’ailleurs chiné plus de 4000 éléments anciens, dont une quarantaine de pièces de collection ?

« Oui, tout à Mademoiselle a des références historiques, la plongée dans l’époque est totale, même dans le spa qui est une reconstitution d’un lavoir ancien en pierres, dans une vaste pièce au plafond de bois, avec des arches, des bas-reliefs reproduits à l’ancienne comme les vestiges des anciennes Abbayes.

Ce sont vraiment des maisons d’affection, nous y mettons toutes nos tripes, nous nous mettons sans cesse à la place de nos clients pour créer une alchimie unique entre le lieu et ses hôtes.

Cela demande beaucoup de curiosité, beaucoup d’exigence, parce que la qualité doit être là…

Cela demande beaucoup de curiosité, beaucoup d’exigence, parce que la qualité doit être là, c’est primordial pour moi. Prenons par exemple le parquet des chambres à Mademoiselle : je voulais absolument un vieux parquet brut, comme si ces vieilles planches avaient toujours été là. Ça a demandé des mois et des mois de recherche mais on a trouvé : nous aurons dans les chambres de vieux planchers magnifiques ! »

Chambre hôtel Mademoiselle Val d'Isère

Le Médiéval Chic se niche jusque dans les matériaux et le savoir-faire utilisé…

« Oui effectivement : beaucoup de bois, beaucoup de pierre, beaucoup d’enduits aussi : ce sont vraiment les 3 valeurs du lieu et les matériaux sont rigoureusement sélectionnés pour que l’authenticité soit respectée. Nous devions avoir un authentique ancien mais extrêmement dynamique. Par exemple, nous avons mis de grands canapés en lin dans les chambres pour apporter une touche de modernité. »

Couloir hôtel Mademoiselle Val d'Isère

Le lieu se prêtant à une véritable plongée dans le Médiéval Chic au cœur de l’histoire savoyarde, les hôtes pourront prolonger leur expérience au Carnozet, l’un des 3 restaurants de Mademoiselle, qui revisite les plats du moyen-âge typiques de la région.

Chauds et gourmands, ils pourront se délecter d’un « tailli » au petit-déjeuner, ou commander une « matouille », « un farcement » ou une « pela ».

Les enfants, devenus chevaliers ou princesses, s’aventureront dans la forêt de Brocéliande, fresque féerique créée par le peintre Laurent Tardy à la recherche de Merlin l’enchanteur et apprendront les plaisirs des jeux de société typiquement médiévaux sous la surveillance de Miss Kindness, gouvernante malicieuse aux allures de Mary Poppins.

L’histoire Mademoiselle commence le 19 décembre !

www.airelles.com | Courchevel | Gordes | Val-d’Isère | Château de Versailles

Vous pourriez aussi aimer