Les secrets d'histoire

Séverine Petilaire raconte « Mademoiselle »

Portrait Séverine Petilaire Mademoiselle

Passionnée, dynamique et enjouée, Séverine Petilaire nous répond dans sa voiture sur la route qui la mène en Italie à Robbio, à côté de Milan.

« Nous allons faire un essayage de tous les costumes de nos collaborateurs, nous dit-elle, enthousiaste. Savez-vous qu’ils sont inspirés des tableaux de Vermeer et faits sur-mesure ? Et comme un clin d’œil aux Airelles Courchevel, les chasseurs voituriers bagagistes seront habillés en tenue de cérémonie des chasseurs Alpins, inspirée d’une photo d’archive datant de 1850. »

Voici comment commence l’entretien avec celle que tout le monde appelle « Mademoiselle », fondatrice de la Maison d’Exception du même nom à Val d’Isère.

La lettre d'amour Johannes Vermeer
La lettre d’amour, Johannes Vermeer

Pourriez-vous nous parler un petit peu de vous et notamment de votre histoire avec la marque Airelles ?

« Mon histoire a débuté en tant que directrice générale au tout début des Airelles en 2002 avec la propriétaire des Airelles à Courchevel Raymonde Fenestraz, puis s’est poursuivie lorsque le Groupe LOV Hotel Collection a repris les Airelles en 2007.

La marque Airelles, c’est une marque que je connais bien…

La marque Airelles, c’est une marque que je connais bien : je la côtoie, je la vis, je la ressens depuis l’année 2002. J’ai l’ADN de la marque depuis toujours en moi.

Puis vers 2015, j’ai eu cette envie d’entreprendre et « Mademoiselle Val d’Isère » est née.

Tout naturellement, nous nous sommes très vite aperçus que le projet serait parfait pour faire partie de la famille des Maisons d’Exceptions Airelles. »

Chaque Maison Airelles a son univers et fait plonger ses hôtes dans des parenthèses temporelles bien définies. Mademoiselle est ancrée dans la période Médiéval Chic/Haute Epoque, pourquoi ce choix ?

« Parce que c’est une période de l’histoire qui me passionne, et qui n’avait pas encore été travaillée dans les autres hôtels Airelles. Ainsi, du Moyen-Âge au début de la Haute Epoque, c’était une évidence pour moi d’immerger l’Hôtel dans cette époque. »

Mademoiselle sur la Place de Neige

Parlons du choix du nom de votre hôtel. Qu’est-ce qui se cache derrière « Mademoiselle » ?

« Ha ! Alors ça c’est une grande histoire ! Lorsque je suis arrivée en septembre 2002 aux Airelles à Courchevel, c’est Raymonde Fenestraz, la première propriétaire, qui m’a dit : « Mademoiselle. Nous ne pouvons pas être deux Madames, donc nous vous appellerons Mademoiselle. » Et c’est resté. Aujourd’hui, tout le monde m’appelle encore comme ça. Lorsque je cherchais un nom pour l’hôtel, je me suis laissée convaincre de l’appeler de cette façon, et tout le monde adore le nom ! »

Mademoiselle ouvre le 19 décembre 2019. Pouvez-vous nous donner un avant-goût de ce qui nous attend à Val d’Isère ?

« J’ai la chance d’avoir pu construire cette demeure telle que je l’imaginais. C’est la toute première Maison Airelles qui n’est pas construite dans un bâtiment historique. J’ai avant tout souhaité créer de grands espaces.

Il y aura aussi un spa Guerlain, une salle de jeux pour les enfants…

Il y aura aussi un spa Guerlain, une salle de jeux pour les enfants digne d’un conte de fées représentant la forêt de Brocéliande avec Merlin l’Enchanteur, une piscine taillée dans une grotte et bien entendu une surprise culinaire, mais je ne peux pas tout vous dévoiler !

Ce que je peux vous dire aussi, c’est que l’hôtel est bordé au sud par une terrasse de 860m2 sur le front de neige, et à l’ouest par la Place de Neige. De ce côté seront installées une boutique Monclerc, une autre Brunello Cucinelli et une Maison de Coiffure Christophe Nicolas Biot. »

Spa Guerlain Mademoiselle

Le rendez-vous avec Mademoiselle est pris !

www.airelles.com | Courchevel | Gordes | Val-d’Isère | Château de Versailles

Vous pourriez aussi aimer